14 mai 2019

Mémorandum 2019 – les propositions du Centre d’action laïque – Autonomie des choix dans l’Union européenne

Dans la perspective des élections régionales, communautaires, fédérales et européennes du 26 mai prochain, le Centre d’Action Laïque a publié son Mémorandum 2019.

Les scrutins de mai 2019 approchent, le Centre d’Action Laïque publie son Mémorandum pour les élections.
Les échéances électorales constituent en effet un moment capital qui permet de rappeler les valeurs fondamentales qui sous-tendent notre action mais également de nous adresser aux représentants politiques et aux citoyens.

Fin de vie digne et euthanasie

Les propositions du Centre d’Action Laïque

Pour l’Union européenne:

Au sein de l’Union européenne, la question de l’euthanasie et du suicide assisté divise encore fortement les États membres. Seuls la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg les ont légalisés à certaines conditions, généralement en cas de maladie incurable ou de souffrance intolérable. 

Un certain nombre d’autres États autorisent une « forme d’aide à la mort ». Cela consiste souvent en l’arrêt des traitements mais aussi de la nutrition et de l’hydratation du patient, ce qui peut entraîner une lente agonie très difficile à vivre pour le patient mais aussi pour l’entourage. L’encadrement européen de l’euthanasie passive est à géométrie variable. Ainsi, si certains pays, comme la France, ont adopté une loi pour réglementer la fin de vie des personnes en souffrance, d’autres n’ont pas légiféré et seule la pratique et les décisions des tribunaux apportent des réponses. 

L’Union européenne reste muette sur ce sujet éthique délicat qui reste de la compétence exclusive des États. La Cour européenne des droits de l’homme renvoie également aux États parties le soin d’encadrer la fin de vie. 

Le droit de mourir dignement fait partie intégrante du respect de la dignité humaine de chaque personne. Dans des situations particulièrement difficiles, il s’agit de reconnaître à cet individu le droit de déterminer les modalités de sa propre fin et de donner aux malades en fin de vie la libre disposition de leur corps

Le Centre d’Action Laïque invite les futurs responsables européens à encourager les États qui autorisent l’euthanasie passive à s’engager vers une légalisation de l’euthanasie active afin que chaque malade en fin de vie puisse décider en toute liberté de la manière dont il ou elle souhaite la terminer. Face à la montée des conservatismes et de l’activisme religieux dans un certain nombre de pays européens, le Centre d’Action Laïque appelle en outre les élus des pays qui autorisent aujourd’hui l’euthanasie active à rester vigilants pour que ce droit encadré reste acquis en loi et en pratique.

Retrouvez toutes les propositions du Centre d’action laïque sur le site web memorandum2019.laicite.be