A l’hôpital

Mission

Les institutions hospitalières sont soumises à la circulaire de Saeger et doivent donc compter dans le prix de la journée d’hospitalisation un forfait consacré à l’organisation des cultes ou à l’assistance morale, qu’il y soit fait appel ou non. Dès leur admission, les patients quels que soient les services (gériatrie, maternité, pédiatrie, etc...) doivent donc être informés de la possibilité de recourir à l’aide d’un Conseiller Laïque. Une formulaire doit leur être remis, accompagné d’une enveloppe à sceller afin d’assurer au choix exprimé une confidentialité totale. Cette déclaration n’est pas obligatoire. Les patients peuvent choisir le conseiller laïque désigné dans l’établissement ou peuvent mentionner le nom d’un autre conseiller laïque. L’institution doit contacter sans délai, par tous les moyens disponibles, le conseiller laïque dont la visite est demandée. Dès lors, le libre accès à l’établissement, à tout moment et sans limites de temps, lui est garanti. Le conseiller laïque a encore sa place auprès du malade lorsque les échanges verbaux ne sont plus possibles : sa fraternité peut s’exprimer par des gestes simples ou par sa présence attentive. Le réconfort apporté peut aussi s’adresser à la famille. L’accompagnement, jusqu’aux derniers instants, est une approche qui répond à l’attente de la personne dans le respect de son autonomie de décision. Pour le laïque, la souffrance n’a pas de sens. Les soins palliatifs et l’euthanasie sont donc des réponses possibles, un choix personnel fac à la fin de vie.

Inscription à la liste de diffusion